Le réseau F.A.R (Femmes Actives en Réseau)

Le réseau F.A.R (Femmes Actives en Réseau) est né en 2005, à l’initiative de Bénédicte Philippart de Foy.
Licenciée en droit, Bénédicte a toujours été passionnée par la place des femmes dans la société, et dans le monde entrepreneurial en particulier : «Quand j’avais 14 ans, je lisais des livres sur ces femmes qui avaient l’audace de réaliser leurs rêves » se souvient-elle. Deux femmes l’ont inspirée : la sociologue liégeoise Annie Cornet, et Elisabeth Badinter. Mais aussi un homme : « Mon père. Il a créé le premier réseau d’entrepreneurs lorsqu’il était à la tête de BNP».
C’est forte de tous ces modèles, convaincue à juste titre qu’il était nécessaire de promouvoir l’entrepreneuriat féminin qu’elle a décidé de se lancer.

Partage, découvertes, diversité, soutien, équité, solidarité, convivialité.

Ces mots représentent les valeurs et la philosophie qui la guident pour faire des F.A.R. une « communauté » de rencontres et d’échanges.
« Il y avait une demande pour un réseau qui soit professionnel et convivial. Un besoin de partager des expériences, d’élargir les horizons, mais surtout les réflexions. L’avantage de notre réseau, c’est qu’il apporte toujours des réponses lorsque l’on se pose des questions ». Tous ces partages, ces feedbacks, sont précieux lorsqu’on est femme entrepreneure.
Le réseau F.A. R. cible avant tout les indépendantes : « Mais il est ouvert à toutes les femmes, qu’elles soient indépendantes, porteuses de projets, ou salariées. Toutes celles qui entreprennent, celles qui ont une entreprise ou rêvent d’entreprendre » indique Bénédicte Philippart de Foy.
Les actions du réseau F. A.R. sont multiples : «Nous donnons des formations qui permettent de se lancer en ayant les bonnes informations telles que, par exemple, l’importance des conditions générales, ou d’avoir la bonne réaction en cas de dénigrement sur les réseaux sociaux, etc». Autant de workshops qui permettent à chacune d’évoluer dans son activité en ayant les bons outils.

Les Créapéros : découvertes et réseautage

Autres temps forts, les Créapéros : le temps d’une soirée, les membres partent à la rencontre d’hommes et de femmes qui ont entrepris: « Nous choisissons toujours trois entrepreneur(e)s en privilégiant nos membres, les petites entreprises, leur proximité. C’est très convivial : on déguste l’entrée chez le premier, le plat chez le second, et le dessert chez le troisième, tout en découvrant leurs concepts respectifs et en réseautant. Les groupes sont chaque fois mélangés de manière à ce que chacun rencontre tout le monde ».
Aujourd’hui, le réseau F.A.R. s’est autant développé en Wallonie qu’à Bruxelles. L’an dernier, pas moins de 2.302 personnes ont participé aux différentes activités qui ont été proposées par Bénédicte Philippart de Foy.
Et si on lui demande ce qui la différencie du réseau Diane, sa réponse sera à la hauteur de son enthousiasme et de sa générosité : « C’est plutôt positif que nous soyons plusieurs, chacun à sa patte, son ADN. Nous sommes complémentaires, et j’aime beaucoup Sophie (Legrand, NDLR). L’ouverture d’esprit et l’équité sont pour moi deux notions essentielles ».

Le réseau F.A.R (Femmes Actives en Réseau)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *